1914-2014 : de la tragédie à la renaissance européenne

Sep 02 2012

C’était en 1914. L’Europe se déchirait dans une guerre sanglante et interminable. La première guerre qui marqua l’avènement de conflits de l’ère industrielle avec des millions de morts à la clé. 1914, ce fut finalement la date qui marqua le début du déclin relatif de l’Europe dans le monde.

Cent ans déjà que ces évènements se produisirent, si long  et si peu à la fois. Long car depuis, l’Europe s’est à nouveau déchirée puis elle s’est réconciliée et se trouve maintenant dans une impasse. Peu car si nous le voulons collectivement, l’Europe sera peut-être bientôt un seul et même pays uni dans sa diversité, passant de continent déchiré à un ensemble solidaire. Un pays où les Européens partageraient leurs différences dans un cadre légal plus démocratique et efficace et dans une conjoncture économique qui aurait retrouvé des couleurs. Une Europe dont la voix compterait dans le monde.

Ce jour est peut-être bientôt arrivé et c’est en 2014, alors que l’on « fêtera » le centenaire du commencement de la grande guerre, que le destin de l’Europe peut basculer. Les élections Européennes qui auront lieu cette année là peuvent être l’occasion pour les Européens de dire haut et fort : Oui nous voulons une Europe des citoyens unie !

Pour ce faire, le Parti Fédéraliste Européen sera présent dans plusieurs pays Européens pour récolter les suffrages de ceux qui souhaitent une Europe différente, plus démocratique, moins bureaucratique, plus humaine et moins réglementaire. Dès cet automne à Rome, nous entamerons le combat pour cette Europe qui a déjà fait rêver des générations. Cette Europe qui nous a déjà permis 70 ans de paix pour la première fois dans l’Histoire. Cette Europe qui porte tant d’espoirs.

En 2014, ne laissons pas aux nationalistes le monopole de la parole. En 2014, faisons entendre une autre voix, celle de l’espoir face à celle du repli sur soi, la voix de la diversité contre la voix du populisme simplificateur.

Pour 2014, nous avons besoin de vous ! Rejoignez notre combat en nous apportant une aide humaine ou financière !

Share
2 Comments
  • Bien d’accord avec ce texte.
    La révolution française a engendré le nationalisme de masse, devenu hystérique à la fin du XIXème siècle pour aboutir à un double cataclysme, celui de l’affrontement monstrueux de 14-18, puis, en découlant, celui des totalitarismes barbares, dont le russe qui s’est achevé en 1991.Ce processus a purement et simplement trahi et voué aux gémonies les valeurs européennes.
    L’Europe disait Emmanuel Levinas, « c’est la Bible et les Grecs ». C’est-à-dire l’attention portée à l’Autre (« je suis le gardien de mon frère ») et le logos, la raison. On peut ajouter que l’Europe c’est aussi les Romains, ces inventeurs de la personnalité juridique, donc du droit qui s’impose à tous et à chacun (« dura lex, sed lex »).
    Si l’Europe, plus que toute autre région du monde, s’est montrée capable du pire et du meilleur, la construction européenne participe fondamentalement de la mise en valeur du meilleur. Les Etats-Unis d’Europe que Victor Hugo appelait de ses voeux, tel est l’impératif catégorique des citoyens responsables.
    Il s’agit de faire de l’Europe un espace modèle de paix et de prospérité qui soit autrement plus prégnant que la fureur, le tumulte et la folie qu’elle a engendré au cours de la première partie du XXème siècle.
    Utopie? « L’utopie disait Théodore Monod, ce n’est pas l’irréalisable, c’est l’irréalisé ».

    Reply
    Volpi Rémy
  • Si l’on compte les 70 ans de paix en Europe géopolitique, il n’en est malheureusement rien. Car des conflits aux Balkans, et en ex-Yougoslavie ont existé.
    Mr Volpi, je suis d’accord avec votre position. La Révolution Française a été et demeure pour notre pays le cataclysme phare ayant conduit la France dans une impasse aujourd’hui.
    Si l’on parle de Liberté de la France ? Il n’en est rien. De l’Egalité de la France vis à vis des autres pays ? Non plus. De la Fraternité de la France envers ces citoyens ? Il n’en est pas le sujet. La France a été imbécilement nationaliste, et les valeurs que la République a voulu mettre en avant n’ont jamais été représentées : Génocides, assassinats, guerre mondiale, crise économique, inégalités sociales, extinction de certaines catégories socio-professionnelles… Et je ne parle pas des doctrines imbécilement appliquées par ceux qui détiennent le pouvoir depuis 1717, et de leurs conséquences profondes. Il y aurait tout un débat… Si l’Europe Fédéraliste demeure défendre cette minorité qui détiennent 80 % des richesses et des renseignements, alors non, si au contraire, elle se base sur la perspective d’une croissance économique avec une répartition de la liberté d’entreprendre totale sur tous les domaines, afin de faire croitre le PIB, alors oui, car un modèle doit être fondé notamment sur la perspective socio-économique du travail.

    Reply
    LM

Laissez-nous un commentaire