« Achetez français » : quand le nationalisme mène au déclin industriel

Jan 10 2012

C’est la formule à la mode dans les médias depuis le mois de décembre : « achetez Français », initiée par quelqu’un qui se prétend pourtant fédéraliste européen ! Drôle d’ironie.

Et voilà que ce thème de campagne est récupéré par les principaux candidats à l’élection présidentielle, rentrant ainsi dans le sillage du nationalisme défendu par le Front National.  Consommer et surtout produire français n’est pas un crime, bien au contraire, mais l’ériger comme slogan de campagne et réduire son projet à cela est certainement la meilleure manière de mettre durablement en danger l’économie européenne et donc la nôtre.

Aujourd’hui, ce n’est plus le « achetez français » qu’il faut défendre, mais le « achetez européen ». Ce ne sont pas les produits européens qui nous font concurrence mais bien les produits asiatiques pour grande partie. En outre encore faudrait-il que l’industrie et les services français produisent de tout en quantité et qualité. Le refus d’acheter européen peut aboutir à une catastrophe. Ne nous trompons pas de cible, les pays Européens sont notre principal débouché et nos principaux partenaires industriels, pas des concurrents. L’Europe toute entière a intérêt à se serrer les coudes pour lutter à armes égales contre le dumping de certains géants asiatiques. Le couple Indo-Chinois n’hésite pas à saigner à blanc son peuple afin de nous faire acheter leurs produits et ainsi mettre en faillite nos entreprises.  Ceux qui proposent d’acheter français n’ont comme projet rien d’autre que de livrer la France seule face à la déferlante de produits asiatiques qui mettra notre continent au banc de l’industrie mondiale.

Si l’industrie européenne tombe, la France n’aura aucune chance face aux nouvelles puissances de ce monde. Les nationalistes favorisent l’articulation du débat public autour de l’identitarisme industriel. Que les électeurs ne s’y trompent pas !

Share
6 Comments
  • Ne nous trompons pas de combat.
    Si je peux acheter un produit issu de ma ville, je le préfèrerais à celui d’une autre ville.
    Si je ne trouve pas je privilégierais ma région, puis ensuite mon pays, puis l’Europe…
    Et c’est normal.
    Essayer de préserver le tissu économique local n’est pas anti-fédéraliste.
    Au contraire.
    Bien cordialement.

    Reply
    JCV
  • C’est l’esprit de ce communiqué en effet. Sauf qu’en appelant à l’achat français, on méprise de fait l’Europe. La formule adaptée, et qui correspond à votre propos c’est : « achetez local ». Ce qui est d’ailleurs une vertu également écologique.

    Reply
    LL
  • Oui on méprise l’Europe et alors ? Je suis pour les différences culturelles et profondément anti fédération.

    Vous dressez un paradigme bancal dès le début, à savoir nous opposer aux méchants mastodontes asiatiques pour justifier une alliance entre pays européens. Mais il faut bien vous dire que d’un point de vue culturel, familial, rapport à l’autorité, rapport à l’égalité, il y a autant de différences entre la France et l’Allemagne que la France et le Japon…

    Comment ? Il faut des compétences en anthropologie pour faire de la politique étrangère ? Ce que vous n’avez vraisemblablement pas.

    Reply
    Yann
  • Et bien si vous voyez autant de différences entre la France et l’Allemagne et la France et le Japon, il faut vous acheter des lunettes.
    De plus, mis à part la notion de culture européenne, d’autres choses nous rapprochent. Citons par exemple, des commerces extérieurs imbriqués, des flux touristiques et de personnes en général, très importants, une proximité géographique indéniable, des entreprises communes et une histoire bien plus entremêlée qu’avec celle du Japon !
    Et cette liste, non exhaustive, suffit déjà amplement à justifier l’union en fédération, fédéralisme qui, rappelons-le, est le meilleur système pour sauvegarder les identités locales comme les Suisses ou les Allemands l’ont bien compris depuis longtemps.

    Votre propos concernant votre position pour les différences culturelles et anti-fédération est donc complètement hors sujet. Tous les fédéralistes tiennent à coeur que justement l’Europe ne gomme pas les différences culturelles. Et d’ailleurs, sur un point fondamentale, la langue, elle aurait bien du mal !

    Reply
    LL
  • Comment ? Il vaudrait mieux connaître son sujet avant de donner son avis ? Ce que vous ne faites vraisemblablement pas.
    Yann, manifestement vous ne savez ce qu’est une fédération. Car c’est justement le système politique qui garantit le mieux le respect des différences culturelles en son sein. L’opposé s’appelle jacobinisme, et c’est ce qu’a choisi la France.

    Reply
    Desman
  • Comment les citoyens Européens peuvent-ils se sentir vraiment Européens alors que notre drapeau est faux : Chaque étoile devait représenter 1 Pays, que peuvent penser les citoyens des Pays qui ne sont même pas symbolisés par une étoile !

    D’autre part pour que les citoyens puissent se sentir véritablement concernés par l’Europe et les élections Européennes, ne serait-il pas opportun de commencer par donner à chacun une preuve de leur appartenance à cette Europe en leur donnant à chacun une carte d’identité Européenne ?

    Reply
    MD

Laissez-nous un commentaire