Agriculture européenne : « Unis dans la diversité… de la production agricole ! »

Mar 06 2016

Le Salon de l’Agriculture vient de fermer ses portes sur les revendications de nos agriculteurs en colère. Et nos paysans ont raison ! En France, l’agriculture sous le joug du productivisme ne tourne pas rond. Chaque jour, un paysan français se suicide quand les gros céréaliers croulent sous les millions des subventions européennes.

Plutôt que les réductions temporaires de charges promises par Le Foll qui ne résoudront rien sur le fond, nous demandons l’arrêt du productivisme européen qui est une catastrophe pour le monde agricole, notamment français.

Nous ne pouvons tolérer plus longtemps de laisser nos producteurs dans une course sans fin à un dumping social, qualitatif et environnemental. Les paysans doivent pouvoir vivre de leur production, achetée à un juste prix. Depuis 60 ans, avec la PAC, les technocrates bruxellois – avec la complicité des partis qui nous gouvernent – ont imposé cette course effrénée au productivisme qui laisse de nombreux paysans sur le carreau.

Dans cette compétition à la production, certains s’en sortent grâce au volume et aux aides directes, comme les céréaliers, d’autres par des gains de productivité. Ainsi au Danemark ou en Allemagne, les éleveurs porcins ont pu faire leur mutation industrielle 1° – par des économies d’échelle en agrandissant leur cheptel, mais surtout 2° – grâce aux travailleurs détachés à faible coût, conséquence malsaine de l’élargissement de l’UE au pays de l’Est en 2003.

Dans cette course à la productivité, l’éleveur français ne peut pas suivre et affiche un prix à la production toujours supérieur. La faute en revient 1° – à l’inflation des normes françaises, imposée notamment par EELV et 2° – au poids des charges sociales qui plombe le budget des agriculteurs.

Mais cela n’est pas une fatalité. Nous devons penser une agriculture diversifiée. Il faut accompagner les mutations vers un modèle productif à bas coût et dans un même temps, aider l’émergence d’un modèle qualitatif national – n’en déplaise à la Commission – et enfin tordre le bras au centrale par la garantie de prix d’achat équitables.

Alors oui, il nous faut une Europe agricole, mais avec cette devise : « Unis dans la diversité… des formes de production ! »
Yves Gernigon – Président du Parti Fédéraliste Européen

Share
1 Comment
  • Bonjour,

    Artisan du bâtiment, j’ai créé mon entreprise en 1990 après 10 ans de salariat dans la même branche; ce que vous décrivez là est tout à fait ma situation et ne touche pas que l’agriculture.
    Je pense que ce problème touche un nombre croissant d’entreprises, selon les secteurs d’activités.
    Je pense qu’il existe des solutions d’avenirs, encore faudrait-il qu’on nous fasse confiance…
    Ce n’est guère le cas ! J’ai cessé mon activité, bien que je souhaite la reprendre, je recherche un financement, il est vrai que je manque de compétences en la matière, à chacun son métiers, dans un pays où une Europe où l’argent est devenu le Maitre, nous n’avons aucun moyen de pouvoir.

    Reply
    JACQUES BOUCHEX

Laissez-nous un commentaire