Y. Gernigon : « Cameron dit tout haut ce que les Européens pensent tout bas »

Feb 19 2016

A travers son offensive sur les fondamentaux de l’UE, David Cameron ose formuler les questions que nous nous posons tous. Il est grand temps de nous interroger sur l’objectif des Traités. By the way, que signifie cette formule fourre-tout : «  une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens » ? 

S’agit-il de réaliser un gigantesque Etat monopolisant toutes les compétences et décisions ? Ou s’agit-il de transférer à Bruxelles quelques compétences (frontières, défense, diplomatie, budget et monnaie) sous le contrôle des citoyens.

Car, le Premier ministre britannique, avec sa proposition de veto des parlements nationaux, ne fait que remettre au centre des débats un problème majeur : le manque de contrôle démocratique et de transparence des décisions européennes.

Efficacité et démocratie. C’est précisément ce que nous voulons. Nous voulons que les politiques menées à l’échelle européenne fonctionnent efficacement et apportent des réponses effectives à nos problèmes : emploi, sécurité, développement économique…

On est là bien loin du bazar européiste ressassé depuis 60 ans : les traités, les valeurs de l’Europe, les institutions, les Pères fondateurs… Nous voulons aujourd’hui des actes forts.

Notre déception ne peut être qu’immense lorsque nous constatons l’incapacité de Bruxelles à en finir avec les politiques bancales (UE à 28, zone euro, Schengen…) ou la constance des technocrates à persister dans l’erreur, en poursuivant des politiques suicidaires, comme l’élargissement.

Mais les vrais coupables ce sont bien les partis au pouvoir, car ce sont eux qui valident – sans nous le dire – toutes ces politiques désastreuses pour notre avenir européen.

Yves Gernigon
Président et fondateur du Parti Fédéraliste Européen

Share
2 Comments
  • Laissons de côté l’entrée des 10 de la chute du mur. Il n’y avait pas à réfléchir. Ouvrir la porte était un devoir. mais s’ils veulent repartir vers la Russie, c’est leur choix. L’entrée de la GB dans l’Europe était stratégique pour en empêcher son émergence. Ils ont partiellement réussi. Mais l’Europe n’est pas un moulin, chaque pays devrait avoir un ticket d’entrée (un seul) et un droit de sortie. Cela ferait sans doute un peu réfléchir le UK.

    Il n’y aura pas de communauté de vue tant que chaque pays de l’UE aura toute latitude de dumping fiscal. Man, Anglonormandes, Monaco, Andorre, Lichtenstein, St Barth, Luxembourg, Belgique, Suisse, Irlande et UK devraient être mise au pas. Sinon, ni UE, ni Euro, ni AELE, ni EEE. Mais cela doit passer pas la réduction du nombre des fonctionnaires français, préalable inaccessible de notre compétitivité.

    Mais à mon sens il est hors de question d’accorder à la GB un privilège sur la gestion de l’Euro sans qu’ils n’y aient adhéré. Autant demander au condamné de se passer lui-même la corde à son cou.

    Reply
    Médard de Chardon
  • Fidèle sujet de sa Gracieuse Majesté ,je voudrais faire quelques remarques : Les exigences du gouvernement de Londres sont inacceptables pour les continentaux ,s’ils se respectent
    1/Exiger un droit de regard sur la gouvernance de lEuro alors que nous n’en faisons pas partie
    2/ conserver la City comme une place « off shore »sans contrôle européen
    3/remettre en cause la libre circulation des citoyens de la communauté en leur enlevant leurs droits sociaux
    Churchill déclarait  » Entre l’Europe et le Grand Large ,la Grande Bretagne choisira toujours le Grand Large »
    L’exemple le plus frappant sont les accords des services secrets : nous partageons tous les renseignements avec « la famille » : les États Unis,le Canada ,l’Australie ,la Nouvelle Zélande .
    Avec les services secrets continentaux ,l’échange d’informations se fait au cas par cas car nous n’avons pas confiance .
    Vous avez raison de dire que les institutions Européennes actuelles ont un grand déficit de démocratie ,car littéralement contrôlées par les lobbies .Ce serait facile à résoudre si les roitelets continentaux acceptaient un gouvernement confédéral pour la défense,l’économie et les affaires étrangères ,contrôlé par un parlement européen élu par circonscriptions ,un gouvernement qui ne s’occupe pas des fromages…..
    Nous ne pourrons jamais accepter cela .Pour nous,c’est le pire des cauchemars.Nous ne pouvons accepter qu’une zone de libre échange
    La seule autorité acceptable pour nous est Westminster
    Je voterai donc pour la sortie du Royaume Uni de l’Europe .Nous pouvons être les meilleurs des alliés ,mais nous ne partageons pas l’idéal de Robert Schumann et autres signataires du Traité de Rome

    Je voterai pour la

    Reply
    Marc de la Midière

Laissez-nous un commentaire