Les Fédéralistes condamnent le rejet par le Sénat des langues régionales

Oct 27 2015

Nous, les candidats PFE aux élections régionales, sommes attachés aux langues régionales, à leur enseignement, à leur pratique et leur développement.

Elles sont une partie de notre histoire de France, un moteur du développement touristique et culturel. Enfin, c’est à la fois un atout pour cette langue si riche qu’est la langue française et pour l’apprentissage des langues étrangères par nos enfants.

Le 27 octobre, un Sénat de droite a rejeté la Charte des langues régionales, en affichant son mépris pour le patrimoine local

Les Fédéralistes notent aussi le manque de courage politique du président de la République François Hollande, qui, refusant de réunir le parlement sur la question de l’adoption de la dite charte, piétine, une fois de plus, une promesse de campagne.

Nous, les candidats aux élections régionales soutenus par le Parti Fédéraliste Européen annonçons que nous allouerons une partie du budget des régions où nous serons en responsabilité à l’apprentissage des langues régionales dans les lycées et au soutien administratif et financier aux associations d’enseignement, de développement et promotion des langues régionales.

Nous engageons les citoyens qui aiment leur région et leur patrimoine à nous rejoindre sur nos listes. C’est le moment où la France des régions s’engage pour faire valoir ses droits.

Nous sommes la France des fiertés régionales. Nous sommes les candidats du Parti Fédéraliste Européen. Nous sommes les Conseils Régionaux de demain.

Le communiqué (PDF) ici : LanguesRégionales

Share
4 Comments
  • Gauche / Droite, tous pareils, ils se disent européens, disent vouloir plus d’Europe. Mais est-ce vraiment vrai ?

    Etre européen, c’est respecter nos valeurs, la plus forte et sans doute la plus importante, « Unie dans la diversité ».

    Donc, quand on est incapable de respecter cette valeur essentielle, peut on encore se dire européen.

    Personnellement, j’ai honte d’être français et cela depuis le NON au référendum du 29 mai 2005.

    Bien des choses (drames, misères, crises etc…) auraient sans doute pu été évitées.

    Je rappel que Fabuis et Valls ont été 2 partisans du NON et aujourd’hui à les entendre, il faudrait d’avantage de solidarité entre européens.

    Donc peut on encore continuer a croire en tous ces individus qui nous dirigent et qui nous mentent sur leur engagement à plus d’Europe.

    Perso, je n’en crois plus un seul.

    Reply
    HAMELIN
  • Oui au développement des langues régionales …. le jour ou tous les européens, pourront tous communiquer dans une même langue !

    Reply
    Phonel
  • J’ai assisté au génocide culturel perpétré par l’état central français en Alsace Lorraine depuis la seconde guerre mondiale .
    Conséquence : les emplois qui nécessitent le bilinguisme sont tenus par les Luxembourgeois qui ont unnseignement de haute qualité
    Les Alsaciens Lorrains n’ont plus que des emplois de pousse balai au Luxembourg ou au Bade Wurtemberg ou à Bâle à moins qu’ils ne fassent l’effort ,à leurs frais de devenir parfait bilingues
    Voir Histoire d’Alsace vue du côté Alsacien de François Waag
    Pour les germanophones ,la version Allemande : Geschichte des Elsaß,der elsäßische Srandpunkt
    Bonne lecture
    Marc de la Midière

    Reply
    Marc Vatin
  • Citation de Milan Hübel
    Pour liquider les peuples ,on commence par leur enlever la mémoire .On détruit leurs livres ,leur culture ,leur histoire..Puis quelqu’un d’autre leur écrit d’autres livres ,leur donne une autre culture,leur invente une autre histoire
    Ensuite le peuple commence à oublier ce qu’il est ,et ce qu’il était .
    Et le monde autour de lui l’oublie encore plus vite
    Milan Hübel écrivain tchèque 1927-1989

    Reply

Laissez-nous un commentaire